La-Banniere-Noire

De Vigilance

La Bannière Noire :

La Bannière noire est une organisation nationalisteTendance politique procédant par instrumentalisation du patriotisme et/ou du populisme afin de convaincre à tout prix tout en flattant (même en les en dissimulant, parfois), les tendances plus inavouables de l'auditoire, au-devant desquelles le racisme est la plus courante. du Québec créée en 2012, issue des mouvements boneheads montréalais et dirigée notamment par Maxime Taverna (que l'on peut voir ici, portant un t-shirt du groupe identitaireTendance politique procédant par instrumentalisation du patriotisme et/ou du populisme afin de convaincre à tout prix tout en flattant (même en les en dissimulant, parfois), les tendances plus inavouables de l'auditoire, au-devant desquelles le racisme est la plus courante. italien Zetazeroalfa), bassiste du groupe de rock identitaireTendance politique procédant par instrumentalisation du patriotisme et/ou du populisme afin de convaincre à tout prix tout en flattant (même en les en dissimulant, parfois), les tendances plus inavouables de l'auditoire, au-devant desquelles le racisme est la plus courante. Trouble Makers et aussi membre de Québec Radical.

Elle organise des conférences et des débats sur des thèmes d'actualité (notamment sur un retour aux sources, l'impact de l'influence étrangère, le développement vert, ou pour prévoir des actions contre l'immigration de masse). Également, elle organise des soirées d'échange entre des groupes nationalistes de la province, sur les mouvements fascistes (grecs notamment, puisqu'elle a été largement influencée par le mouvement néo-fascisteSe dit d'un courant ou d'une personne cherchant à réaliser un projet politique totalitaire par des moyens nationalistes, racistes, identitaires, etc. Le terme provient des techniques et de l'idéologie liées à l'avènement de la dictature italienne dès les années 1920. italien CasaPound).

On peut ainsi retrouver des conférences de La Bannière Noire, au côté des Québécois de Souche, comme par exemple celle du 28 février 2015 qui réunissait des représentants de CasaPound et de sa branche jeune, le Blocco Studentesco (voir ici sur le site des QdS).

Organisant également des actions, notamment la "Marche aux flambeaux" chaque année, "en mémoire des douze patriotes pendus à la suite des rébellions de 1837-1838, organisée par les Jeunes Patriotes du Québec", on a pu voir les militants de la B.N. organiser une "vigile aux flambeaux" à la prison Pied-du-Courant le 15 février 2014, en guise de contre-manifestation à la "Marche aux flambeaux" d'où ils s'étaient faits éjecter suite à des mésententes (lire plus à ce sujet ici, sur le site des QdS]).

En 2012, l'année de sa création, le groupuscule organisait avec la Fédération des QdS (FDS) et la Légion Nationale une collecte de denrées alimentaires. Les Québécois de Souche précisent sur un compte-rendu publié sur leur site internet, que "Les denrées [ont été] redistribuées en région, au nom de nos organisations, afin de cibler des familles d’ici". L'année précédente, un organisme d'aide aux plus démunis avait refusé les denrées récoltées parce qu'il "était préférable de priver des gens de cette aide plutôt que d’accepter un don de vilaines organisations nationalistes" d'après les QdS.

Le groupe a également une émission sur les ondes de Radio Bandiera Nera, antenne de CasaPound, qui a pu interviewer Alain Soral (en 2008 et 2016), donner une conférence sur Dominique Venner (le suicidé de Notre Dame de Paris) en juillet 2016 ou encore sur L. F. Celine (plusieurs fois depuis 2013) (voir tous leurs podcasts sur leur site internet).


Lire plus : "Des fachos veulent défiler dans nos rues" | https://durerealite.wordpress.com/2013/02/14/des-fachos-veulent-defiler-dans-nos-rues/
Lire aussi : "Des groupes d'extrême droite accueillent des auteurs de crimes racistes" | http://www.lapresse.ca/actualites/201609/19/01-5022241-des-groupes-dextreme-droite-accueillent-des-auteurs-de-crimes-racistes.php